Vous êtes ici : Accueil / A propos de l'UCO / L'histoire de l'UCO

L'histoire de l'UCO

L’UCO, de l'université médiévale à aujourd'hui

En 1373, les premiers statuts de l'université d'Angers sont approuvés par le Saint-Siège, marquant officiellement son existence qui remonte au XIe siècle.

Totalement fermées en 1793, les facultés de cette première université sont rétablies à partir de 1875 par Mgr Freppel, évêque d'Angers, qui fonde l’Université catholique de l'Ouest. De 1875 à 1879, sont créées successivement quatre facultés – de droit, de lettres, de sciences puis de théologie. L'UCO s'oriente également vers des formations professionnelles et techniques avec les créations de l'école supérieure d'agriculture et de viticulture (1898), devenue depuis l'école supérieure d'agriculture d’Angers (Groupe ESA), de l'école supérieure des sciences commerciales d'Angers (ESSCA, 1909), de l'école technique supérieure de chimie de l'ouest (ETSCO, 1950), de l'école supérieure d'électronique de l'ouest (ESEO, 1956). Ces écoles sont aujourd'hui statutairement indépendantes de l'UCO.

Dès 1947, l'UCO accueille des étudiants étrangers au sein de ce qui deviendra le très réputé centre international d'études françaises (CIDEF), qui contribue, aujourd'hui encore, au rayonnement international de l'UCO. Dans les années 1970, sont imaginés des instituts spécialisés à vocation professionnelle, aujourd’hui intégrés aux facultés créées en 2014.

À partir de 1986, fidèle à sa vocation de développement territorial, l'UCO crée des campus dans le Grand Ouest (Vannes puis Guingamp, Laval et Nantes) mais également outre-mer (Tahiti puis Saint-Denis de la Réunion) pour offrir aux populations de ces territoires des formations de proximité en lien avec le tissu économique local.

En 2014, l'UCO se réorganise en facultés, rayonnant, suivant les thématiques, sur l'ensemble de ses campus.